mercredi 3 avril 2019

L'Imagination au pouvoir

Quentin Lebourg un jeune Architecte à Naurouze

Depuis que nous avons investi la Minoterie en 1997, notre neveu a pu en apprécier les possibilités à tous les âges. Du bambin de 5 ans à l'étudiant en architecture, il y a joué avec ses cousins, fait des fêtes de famille mémorables, rêvé sous les étoiles et construit des cabanes, visité les alentours, questionné chaque brin d'herbe et vent sur les flots, échangé ses vues sur la Vie ...

Il nous fait aujourd'hui l'immense cadeau d'avoir choisi notre lieu pour imaginer son P.F.E, Projet de Fin d'Etudes d'Architecture - thématique Réhabilitation.

la cathédrale industrielle, sa magistrale cheminée et son escalier improbable

Cet ensemble de travaux couronne 7 années d'études conduites dans un bâtiment patrimonial normand:
La Fabrique de Bretelles Fromage construite en fin du XIVème siècle et réhabilitée en École Nationale Supérieure d'Architecture de Rouen (ENSA Normandie ) .



un escalier digne d'un conte de fées




Rouen est un port actif sur l'estuaire de la Seine, à la limite des eaux maritimes et des eaux fluviales. C'est une ville à colombages dite aux 100 clochers, ou se mêlent passé et futur avec des ponts très techniques et des hangars industriels réinvestis en espace culturels.

De quoi inspirer une âme de transformeur, un rêveur des possibles aux potentialités déjà bien énoncées dans son mémoire sur l'architecture participative (2018).

 P.F.E " Le Seuil de Naurouze: Clé du Canal du Midi"

NB: Ce rêve ne coûte rien sauf les matériaux qui le compose. Le projet n'étant pas chiffré, les contraintes sont réduites pour laisser libre cours aux imaginations fertiles....

Devant un jury national, des plans et des maquettes démontables pour une meilleur compréhension ont complété une présentation orale du projet s'appuyant sur différents supports de présentation.

7 plans et 3 maquettes
  • D'abord une vidéo  emmène en voyage en train puis en vélo à la découverte du Canal à hauteur d'homme, au rythme lent qui lui sied jusqu'à son point de partage, le Seuil de Naurouze.
  • Puis dans une plaquette couleur présentant un bref historique du Canal et quelques chiffres, Quentin en expose les enjeux et les problématiques documentés pour justifier l'intention de son projet: 
mettre en place un centre d'interprétation du Canal sur un site hautement symbolique en le liant à l'économie touristique.

Ensuite, il déroule son programme au coeur de Naurouze en s'inspirant d'un document exceptionnel élaboré d'après les écrits du constructeur du Canal, Pierre Paul Riquet.

une reconstitution du Port de Naurouze projeté par P.P Riquet - Studio Différemment 2009

  1. Dans la Minoterie, après avoir détaillé l'histoire du bâtiment tricentenaire ( article Voix du Midi 28/03/19 ), il propose à grande échelle le développement de nos activités passées et actuelles à savoir:
  • une offre de services ( hébergements de diverses catégories, espaces de restauration, dégustation et vente de produits locaux,  ...)
  • et des espaces à louer ( séminaires, réceptions, représentations ...)
Même le petit Moulin disparu a trouvé sa place en devenant un lieu de stockage et location de cycles.

maquette du Moulin disparu et de la Minoterie aux toitures escamotables 

A gauche de l'allée de platanes bicentenaires, il engage une restauration d'une partie du bassin de retenue et de sa fonction de port disparu par envasement, avec les écluses adjacentes.

Maquette 2 en 1 de l'Octogone de Naurouze

Sur sa rive, il propose la création d'équipements: un beau centre d'interprétation du Canal et une Capitainerie.
un centre d'interprétation pour les usagers

Suivi de questions techniques et historiques, son exposé lui a valu l'obtention de son diplôme mention "très bien" et la nomination de "Major" de sa promotion pour distinguer son oeuvre particulièrement soignée, au beau travail des matières et belle attention portée aux détails, au contexte, aux archives.
Et la sélection pour l'exposition des 12 travaux présentes au Ministre de la Culture.






Contactez le !!! quentin.lebourg@rouen.archi.fr 06 82 14 37 33

"Utopie ferroviaire"

Il y a quelques années des étudiants de l'ENSA de Toulouse cette fois, présentaient un ensemble d'équipements avec une remise en culture(s) du sillon lauragais entre Villefranche de Lauragais et Castelnaudary. Déjà la Minoterie, repensée par David Azoulay, y devenait un foyer rural, au coeur du territoire concerné, favorisant le lien social avec un restaurant et des espaces culturels.

Perspectives

Quelle avancée ferait le Lauragais audois si par hasard, ces projections du futur de la Minoterie, intégrées à une mise en tourisme dynamique du Canal du Midi et son ouvrage d'alimentation, pouvaient entrer dans des perspectives audacieuses que l'on attend du Comité Bien Canal.

En effet, cette super structure réunissant toutes les parties concernées (services de l'Etat pour le Patrimoine et le Domaine fluvial, Régions, Départements et autres collectivités territoriales....) est en charge établir un plan de gestion concerté permettant le maintien du label Unesco Patrimoine Mondial du Canal Royal des deux  Mers avant l'ultimatum de décembre 2019.... avec sous préfet spécial pour venir à bout du mille feuilles administratif très indigeste et des financements à mobiliser.

La maladie des platanes n'est que l'arbre qui cache la forêt de 22 ans de valse hésitation à investir ce joyau au profit de l'économie des territoires traversés. Dossiers et études existent depuis le classement Unesco (1996) mais avec la crise, l'ensauvagement gagne du terrain et le tourisme recule.

La nouvelle Région Occitanie a fait du Canal du Midi un symbole et un moyen de lier les 2 anciennes régions. Et d'impulser des actions en conséquences: le Projet Artistique et Culturel de Territoire porté par Merversible est le témoin de ce dispositif ( voir articles avec Libellés Merversible dans le menu).

A suivre ..

mardi 2 avril 2019

Chronique sparkienne

Merci Henri Marcellin pour ce concentré de notre expérience avec la Minoterie dans la rubrique Patrimoine de la Voix du Midi du 28/03/2019.

Article en ligne